Un Aindien au Mexique.

11 septembre 2011

Index

Pour faciliter la navigation aux lecteurs de ce blog, voici un accès direct aux articles.

Mexique Première Partie:

Veille du départ  09 août 2010

Le voyage aller  10 août 2010

L'installation  13 août 2010

8 jours pour décrouvrir la ville et l'Espagnol  19 août 2010

Début d'une nouvelle routine?  31 août 2010

Plongée en apnée dans l'ambiance mexicaine  15 septembre 2010

Ça vous intéresse?  03 octobre 2010

Presque Mexicain?  26 octobre 2010

La face cachée  07 décembre 2010

 

L'Amérique Centrale:

Encore traverser les frontières  30 décembre 2010

Guatemala trip - Le voyage aller  02 janvier 2011

Guatemala trip - Hommage aux lecteurs et à l'écrivain  04 janvier 2011

Guatemala trip - Semaine1 et Salvador  11 janvier 2011

Guatemala trip - Semaine2 et Honduras  18 janvier 2011

Guatemala trip - Semaine3 et Belize  25 janvier 2011

Guatemala trip - Le retour en couch-surfant  28 janvier 2011

 

Mexique Deuxième Partie:

Le seigneur des tacos 3 - "Le retour du Moi"  28 février 2011

L'Espéranto  09 mars 2011

La pluie !!!  16 mars 2011

Banco de Tiempo  17 mars 2011

Radioactivité au Mexique?  01 avril 2011

Parlons encore un peu du Mexique  04 avril 2011

Une semaine au Nord: grandes peurs et grands moments  24 avril 2011

L'Espéranto (2)  16 mai 2011

Acortar distancias  27 mai 2011

C'est comment la France?  10 juin 2011

Un Oubli  12 juin 2011

Parlons encore un peu du Mexique (2)  22 juin 2011

5000 mètres et Départ  26 juin 2011

Le voyage le plus pourrit du monde  28 juin 2011

Conclusion  24 juillet 2011

N'oubliez pas que tous les liens vers les albums photos sont placés à droite.
Bonne lecture

Autre blog à voir : Un Aindien en Irlande

Posté par bapt01 à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2011

Conclusion

Je suis en France depuis presque 4 semaines. J'ai mi un peu de temps avant de me lancer dans la rédaction de ce dernier article. La raison: je travaille en centre de loisirs en ce moment. Quel rapport? Écrire c'est transmettre sa bonne humeur ou son ennui, ses joies ou ses colères, et elles sont d'autant plus vives si on écrit au moment où on les ressent. Ainsi lorsque je rentre du travail fatigué et de mauvaise humeur, la tournure de mes phrases en est affectée. Me voilà donc bien reposé à la fin de mon week-end, et prêt à donner à cet article de conclusion le ton et la note positive qu'il mérite!

Arrivée:
Ce qui m'a le plus choqué à l'atterissage, c'est que tout m'a semblé exactement pareil. En un an, la France est simplement restée la France, même si je ne l'ai pas observée. Un pays c'est surtout des habitants. Vous avez vous aussi fait plein de choses pendant un an, mais je vous vois comme avant. Les routes sont refaites, certains ont un nouveau vélo ou un nouvel ordinateur, mais les valeurs qui vous caractèrisent sont toujours aussi présentes.

Un mieux?:
"Alors le Mexique c'était mieux? Tu aurais voulu rester?". Il n'y a pas de "mieux". Impossible de choisir. Chaque culture a ses avantages et défauts, comme une personne, et je crois que ça doit rester comme ça.
Si on rendait les Français toujours souriants et jamais pressés, les pannes internet auraient besoin de 3 semaines pour être réparées et la construction d'une nouvelle ligne de métro prendrait tourjours un an de retard de plus chaque année.
Si on donnait à tous les Mexicains de hauts salaires, il n'y aurait plus tous ces vendeurs de tacos à chaque coin de rue, ni ces routes abimées pour nous faire peur quand on prend un vieux bus qui roule vite.

Une vision unique?:
Parfois en lisant une citation on se dit, "Tiens, ça sonne juste", puis on pense "Tiens, cette phrase s'applique dans plusieurs contextes... et si elle expliquait tout..." ça vous est déjà arrivé? J'ai donc commencé à croire qu'il y avait peut-être un modèle simple qui donnerait une réponse à tout. En partant au Mexique, je partais donc à la recherche de cette "grande réponse", en me disant que si je connaissais deux cultures, j'aurais peut être un déclic qui éclaircirait ma vision du monde. Maintenant je sais:
                                            Il n'y a aucune réponse simple.
Les réponses se trouvent dans la diversité, et seront toujours compliquées par des milliers de détails. Chaque point de vue simple rencontra un contre-exemple, chaque vérité sur une culture et une manière de vivre sera fausse dans certains cas. Savoir plus ne sera jamais inutile.

D'ailleurs, quand les gens veulent que je leur parle de mon voyage, parfois ils me demandent "Alors? Comment c'était?". Je ne sais jamais quoi répondre. Aucune phrase ne peut résumer les sentiments éprouvés et les expériences vécues durant cette année. Ce voyage n'est pas un tout, c'est des milliers de petites expériences et de détails qu'on ne peut pas tous relier. (Cf les 30 articles précédents)

J'espère ne pas vous avoir perdu avec mes réflexions philosophiques. Mais alors qu'est-ce que cela implique concrètement? Ça veut dire qu'il me reste à découvrir d'autres façons de vivre et de voir le monde, encore et encore. Mes prochains objectifs: la Chine et le moyen Orient. Je pense y trouver les façons de vivre et de penser très différentes de celles que je connais, mais aussi des cultures influentes et fortement connectées aux autres.

Saludos:
Merci à tous pour m'avoir accompagné pendant ce voyage à travers de vos messages et vos commentaires.
Encore un "saludos" à tous les Mexicains pour leur accueil extrêmement chaleureux.
Les dernières photos ajoutées à ce blog auront finalement étés celles du magnifique pic d'Orizaba (à voir en mode diaporama).

Hasta pronto para el proximo!
Baptiste.

Posté par bapt01 à 16:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]
28 juin 2011

Le voyage le plus pourrit du monde

Mon vol de Guadalajara a eu 2 heures de retard et j'ai raté l'avion pour Paris. Entre temps ils m'ont retiré ma carte de séjour puisque je partais, et je n'ai plus de papier pour rester légalement au Mexique. Je suis bloqué à Mexico depuis 6 heures.
Je ne sais toujours pas où je vais dormir ce soir, je sais toujours pas quel jour je pourrais être à ma maison, et j'emmerde les aéroports du monde entier.

A bientôt.

[Edition de l'article le 24 juillet:]
Après deux nuits à Mexico et une dans l'aéroport de Paris, je suis enfin arrivé au terme d'un voyage de 68 heures. 

Posté par bapt01 à 02:45 - Commentaires [10] - Permalien [#]
26 juin 2011

5000 mètres et Départ

Nous y voilà. Mon dernier jour à Guadalajara s'achève. Mais avant de vous parler de mes impressions de ces derniers instants, je dois vous racontrer mon petit voyage sur le toit du Mexique.

I - 5000 mètres
Une envie de grimper sur un volcan m'a pris il y a quelques semaines, puis rapidement je me suis dit "et pourquoi pas la montagne la plus haute du pays tant qu'à faire?". J'ai donc commencé des recherches sur le Pic d'Orizaba, dont le sommet atteint 5700 mètres. (à 100 mètres près selon si on regarde des sources officielles ou si on demande à un petit vieux tout fier d'habiter au pied du volcan). Pendant des recherches je suis tombé sur Ricardo au travers d'un commentaire sur un groupe facebook. Coup de chance: il habite près du pic et a très envie d'essayer une nouvelle foi de le monter. Je me suis donc rendu chez lui la semaine dernière...

Vendredi, je suis arrivé à Huatusco à 6h après un voyage de nuit de 12 heures depuis Guadalajara. Le temps d'acheter quelques bouteilles d'eau et à grignoter, et nous avons pris à 3 la petite route qui mène au volcan, en évitant les chiens qui traversent, les ânes, les poules, les enfants qui vont à l'école, et les enfants qui ne vont pas à l'école. Un chemin de terre permet de monter jusqu'à un refuge situé à 4200m d'altitude. Nous nous sommes arrêtés une heure à 3400m puis à 3800m pour nous acclimater, tandis que le paysage se faisait plus magnifique à chaque mètre parcouru. Une foi au refuge, un léger mal de tête nous a confirmé que nous étions en altitude. A cet instant, nous avions que nous étions les trois hommes les plus haut du Mexique! La journée s'est terminée par une petite marche pour repérer le chemin et mieux s'acclimater au manque d'air. Un orage menaçait d'arriver l'après-midi suivant, il fallait alors nous lever très tôt le samedi pour redescendre avant midi.

Le samedi réveil à 1h du matin, Ricardo n'avait toujours pas pu dormir à cause de la nuit glaciale et se sentait mal. Par ailleurs, son frère supporte mal l'altitude et savait qu'il n'était pas capable d'aller plus haut que le refuge. Je suis donc parti seul en direction du sommet avec mes petits pains achetés à la boulangerie, mes 2 litres d'eau, les vêtements les plus chauds que des amis avaient pu me prêter, une lampe torche scotchée au casque à vélo sur ma tête, deux piolets, et un sifflet pour faire du bruit en cas de problème. Une magnifique pleine lune m'éclairait le paysage, si bien que je n'ai finalement pas utilisé la lampe. Je suis monté extrêmement lentement. Le manque d'air le me permettait pas d'aller vite, et le froid ne me permettait pas de m'arrêter plus de deux minutes, car il reprenait vite ses droits sur mes doigts et mes orteils. Tout ce passait bien lorsque des nuages sont arrivés vers 5h30 et m'ont envoyé recouvert de neige. Il a suffit d'une minute pour que tout soit blanc. Ni mes chaussures ni mes crampons à glace n'étaient plus capables d'accrocher sur les grands rochers lisses recouverts de neige. J'étais alors très près de la zone de neiges éternelles, mais continuer avec ces rochers tant glissants aurait été prendre de gros risques. J'ai pris le chemin du retour, et suis arrivé au refuge tandis que le soleil se levait.
Je ne suis donc pas arrivé au sommet, mais j'ai pu atteindre mon objectif principal: dépasser le Mont Blanc!

Le temps de redescendre en voiture, échanger nos photos avec mes compagnons, manger quelques tacos, et j'avais déjà pris un bus pour Guadalajara. Les incroyables photos de cette ascension arrivent très bientôt.
[Edition le 06/07/2011: les photos sont en ligne. Cherchez dans la colonne de droite l'album "Orizaba".]

II - Départ
Je vais donc partir. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est pas un évènement joyeux de laisser le Mexique derrière soi. J'y ai vraiment rencontré des amis exceptionnels.

Je vais partir alors que je suis dans MA ville! et j'ai presque envie de dire dans mon pays. Les gens me demandent leur chemin et je leur répond. Quand les gens me demandent où j'ai voyagé, ils me répondent "mince, tu connais mieux le Mexique que moi!". Certains ne remarquent même plus que je suis un étranger.

Ça le fait pas. J'ai déjà 3 fêtes de prévues la semaine prochaine en France plus bien sûr le rassemblement national du MRJC. Mais avant de penser à ces nouveaux projet et cette nouvelle ambiance, je pense surtout que ça fait très moche de laisser tous ces amis, qui étaient excessivement présents pour moi toute cette dernière semaine. Ils m'ont fait comprendre que je leur manquerai, j'ai essayé de leur dire aussi.

J'essayerai dans les semaines qui viennent de rédiger un article de conclusion à cette expérience. Le but de l'exercice ne sera pas de résumer toute une année d'une vie (impossible), mais d'essayer de voir si un voyage comme celui-ci change une personne.

Sur ce, je vous dit à bientôt en vrai! à bientôt en face, à bientôt de vive voix!
(et au-revoir aux mexicains qui suivaient ce blog)

Bapt

Posté par bapt01 à 22:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]