Ça y est, j'ai traversé la ville, dans une voiture classe, au milieu des coccinelles, des taxis, et des autres voitures classes. Aucun immeuble de plus de 3 étages en faisant 10km de boulevard. Les feux sont en face des carrefours comme aux USA. Entre les Red Hot et Madonna, c'est sûrement du côté de la radio qu'il y a le moins de changements par rapport à l'Europe finalement.
Je suis chez Ruben. Il est aussi gentil que clémence le disait. Apparemment ils sont 3 à vivre ici.
..mais c'est pas sans mal que je suis arrivé là.

Les petites péripéties du voyage:
J'ai découvert à l'aéroport de Paris ce qu'était la demande esta, vous connaissez?
20 minutes avant fin d'embarquement:
"Vous avez fait la demande esta monsieur?", "euh, je vois pas vraiment ce que c'est", "ah, c'est nouveau depuis quelques mois. Si vous n'avez pas fait la demande esta, vous ne pouvez pas aller aux Etats-Unis monsieur."
Et là je fonce sur le cyber café de l'aéroport, je remplis le formulaire en ligne à fond, "demande en instance". "Monsieur, ça peut prendre 5 minutes ou 1 heure pour accepter votre demande, si elle n'est pas acceptée à temps on devra vous transférer sur un autre vol."
Donc j'ai attendu, .. et vous savez déjà que ça a été accepté à temps puisque j'écris de là bas.

Pour continuer, l'avion est parti avec 1h de retard. On en avait presque autant en arrivant, j'ai donc dû traverser l'aéroport d'Atlanta en courant^^. Heureusement (ou malheureusement), l'avion pour Guadalajara était en retard aussi.

Et pour finir, à l'arrivée, pas de bagages :)
Je suppose qu'ils sont entrain de se balader à Atlanta encore. C'était un peu le bordel pour les bagages là bas. Je dois attendre jeudi et passer un coup de fil pour savoir.

Mais tout baigne, parce que j'ai le moral, et c'est tout ce qui compte.
Et comme je le disais, chaque problème a sa solution!   ..petit exemple:
Un problème : je n'ai pas mon chargeur d'ordi, il est dans le sac qui se promène à Atlanta (ou ailleurs), et même si je l'avais, les prises de courant sont de type américain et je peux pas me mettre dessus.
Une solution : J'ai vu un ordi DELL, j'ai pris son câble, je l'ai branché sur le mien, et ça a marché!
Je sais pas encore à qui est ce câble mais je crois que je vais me faire un ami. Et comme on dit, tant qu'il y a du wifi, il y a de l'espoir !! (non on dit pas ça?)

J'ajoute que dans les avions et aéroports j'ai croisé que des gens vraiment sympa, autant les américains que les autres (sisi).

Bon, c'est pas le tout, mais il faut que je me grouille d'apprendre cette langue à la con là, sinon ce sera pas de la tarte de se faire une vie (trouver logement, téléphone, potes,..) avec mes quelques mots d'anglais.