Salut à tous! Je ne vous ai pas oublié, loin de là. J'attendais simplement d'avoir la petite dose règlementaire d'anecdotes mexicaines pour faire un article qui ne vous endorme pas.

I-Le Mexique - Toujours quelques surprises en réserve.
Je commence un peu à m’intéresser un peu aux infos de la télé et des journaux... et voilà sur quoi je suis tombé en premier: les débordemants des manifestations en France! avec vue d'affrontements sur cette chère place Bellecour et quelques mots sur les conséquences notament au niveau de l’essence.

Retournons dans les rues de Guada. Sur le chemin pour aller à ma fac se trouve le cordonnier, celui qui répare vos chaussures au lieu de vous en faire racheter, en voilà un métier qu’il est beau! Si cette profession existait encore en France, j’aurais de sacré économies.
[Edition de l'article suite aux commentaires: il y a bien des cordonniers en France aussi.]

Après vous avoir bien parlé de la ville pendant deux mois, c'est au tour de la campagne mexicaine. J'ai passé 2 jours dans une ferme dans le village appelé Ejodo Animas de Romero, au milieu des vaches et des chevaux... bon, trois vaches et un cheval. Disons que c’est une ferme à dimensions humaines. Dans l'album “escapades” se trouvent donc des photos commentées de ces deux jours pour dire notament comment on fait des tortillas avec le maïs. Ce village, c'est un peu le Chevillard Mexicain, (dédicace à Pierrick) si on ommet qu'à Chevillard vous avez l'eau courrante.
Par ailleurs j'ai ajouté quelques photos de paysages qu'on peut apercevoir à seulement une heure de marche du périphérique Nord de Guadalajara. Vous y verrez que dans ces villes situées sur de hauts plateaux, la fracture ville-campagne est brûtale.

Surprise... la semaine passée j’ai vu pour la première fois un black!! (si un vrai!) ça me manquait presque. C’est un peu comme les asiatiques ici: eux se trouvent dans les restaurants chinois mais je n'en vois pas dans la rue. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de mixité ethnique dans le pays, loin de là, mais simplement qu'elle s'exprime différemment d'en europe.

Vous excuserez le fait que je passe du coq à l’âne, mais il est absolument incontournable que je vous parle de ce que j’ai trouvé dans les pharmacies. Les “Super Pharmacies” comme sur la photo, vous vous souvenez? On y vend comme dans toutes les autres médicaments, des préservatifs, du dentifrice, et... des sandwichs, et... de la tequila, et j’ai gardé le meilleur pour la fin: des clopes!
Ah ils sont forts ces mexicains, très forts. C'est comme si le dentiste distribuait des bonbons.

On finit cette première partie par un petit classement des personnes qui viennent frapper à la porte de la maison:
5°place: Ça commence par une jolie histoire: celle de deux jeunes qui ont trouvé un tout petit chaton dans la rue et ne peuvent pas le garder, alors ils frappent aux portes pour trouver à le confier. Seul hic: chat en espagnol se dit “gato”. C’était ma première semaine ici, alors vous pouvez imaginer que j'ai mi du temps à comprendre ce qu'ils voulaient avec leur histoire de gâteau trouvé dans la rue.  O.o
4°place: Les personnes qui cherchent à louer un logement vont au plus simple, elles frappent directement dans les maison: “Il n’y aurait pas une chambre de libre à louer ici?”
3°place: Le démarchage sous diverses formes: ça passe par la vente de canapé jusqu’à bien-sûr la proposition de changer d’opérateur pour internet et le téléphone pour moins cher. La mendicité qui frappe à notre porte c’est plus rare, mais ça nous est arrivé aussi.
2°place: En deuxième position se trouve notre livreur d’eau adoré! Il vient à peu près chaque semaine et pousse un cri comme Tarzan : AGUAAAA!! (traduction: EAU). Il porte une bouteille de 20 litres avec chaque bras alors qu'il doit faire le même poids que moi.
1°place: Et enfin dans le top 1 des visites les plus fréquentes à notre porte: les mexicain qui viennent voir les hollandaises! Ils ont tous la langue qui pend devant ces deux grandes blondes dans un pays peuplé de petites brunes.

II-Ma vie – Un MRCJéen qui sommeille.
Je ne suis pqs encore ñexicqin, ñqis je suis dejq hqbitue qu clqvier qwerty ! héhé
( ;)   <- ceci est un cli d’oeil réservé à ceux qui auront compris.)
Et même si je ne serais jamais mexicain, je crois présenter aujourd’hui de nombreux symptômes d’une intégration réussie:
Je me rend à la tortilleria deux fois par semaine (la “boulangerie des tortillas”), je commence à regarder les info, je fais réparer mes chaussures chez le cordonnier, je prend mon petit déjeuner dans la rue avec un repas salé, et je fais de moins en moins d'exercice. :)
La semaine dernière encore j’étais très énervé par mes lacunes en espagnol sachant que ça fait plus de deux mois que je suis là, mais depuis peu j’ai vraiment l’impression d’avoir passé un cap. Cependant il reste un hic: je ne comprend pas les blagues des profs!! Régulièrement, toute la classe se met à rigoler, et moi je lève les yeux.

Ce vendredi on a fait la première fête dans notre maison, et les mexicains ils savent y faire les fêtes! (La tournure de cette phrase était dédicacée à Julien.) J’ai invité une quinzaine d’amis en disant que les amis d’amis étaient les bienvenus. Le résultat est qu’on s’est retrouvés à 50 dans la maison! Ambiance garantie. Voici deux éléments qui peuvent témoigner de la réussite d'une soirée:
c'est une fête où tu ne connais pas la moitié des personnes qui sont chez toi,
c'est une fête où tes chaussures collent par terre quand tu marches le lendemain.

Je devais aider une amie à traduire une lettre de motivation en Français. Cependant c’est allé au delà de la traduction, je crois avoir trouvé les mots pour qu’elle refonde sa lettre en espagnol d’abord afin d’y exprimer réellement ce qui lui donne cette envie de partir en France. C’est là un bel exemple de mise à profit de ces années d'analyse sur soi et de relecture notament passées au MRJC et à la JOC.

Débats, politique, formation de militants, rencontres de jeunes,... ça commence à me manquer tout ça! Je n’ai pas encore trouvé d’association d’éducation populaire, en attendant j’ai donc déjà mon petit projet: une journée festive sur le thème de la coopération telle que celà a déjà été fait en Ardèche il y a quelques mois. J’avais au début de gros doutes sur le fait de pouvoir assembler du monde, mais après cette fête je ne me fais plus de souci; si je dis aux Mexicains qu’il y aura de la musique et à boire, ils seront tous là!

Ma conclusion sera donc que tout va toujours bien.. à part ces *µ¤'#ø§'µ  de moustiques!
Buenas vacaciones pinches Franceses.