Bonjour à tous. Je sais que le temps a été particulièrement long depuis mon dernier article. Cela vient du fait que la fin du semestre approche (je finis les cours le 15 décembre), et ainsi approchent également les dates d’examens et de rendus de projets.

Préparez-vous à un article un peu plus politisé, mais surtout beaucoup plus sombre.
 
 I- Le Mexique : Le noir.
Mais avant d’entamer cette plage d’information contenant les plus tristes nouvelles du pays, nous passons à la météo avec notre correspondant local.
 
Le froid a commencé le 5 novembre. C
ependant je parle ici d’un froid nocturne seulement. Malgré une chute à parfois à 5°C aux alentours de minuit, la moyenne de températures à midi reste toujours au dessus de 20°C! Ces différences de température sont dues à l’altitude de la ville.
La dernière pluie a eu lieu mi octobre.
On m’a dit qu’il n’y aurait pas de pluie avant le mois de janvier. J’ai demandé..
-tu veux dire qu’il ne va pas pleuvoir beaucoup jusqu’à janvier?
-non, il ne va pas pleuvoir.
-il ne va pas pleuvoir souvent?
-non, il ne va pas pleuvoir.
 -ah.. il ne va pas pleuvoir de partout?
-non, il ne va pas pleuvoir.
-”pas pleuvoir”... bon je comprend pas, c’est pas grave. Et du coup elle est quand la prochaine pluie?
Et en effet, depuis deux mois, les traînées d’avions sont ce que j’ai vu qui ressemble le plus à un nuage. Je connais les difficultés météorologiques passées en France. J’envie la neige que vous avez eu (qui ne tombe jamais ici), mais j’avoue apprécier beaucoup le soleil.
 
Finit de rêver du soleil mexicain, sortez les mouchoirs, aujourd’hui je vous parlerais d’une face du pays que je ne vous ai encore jamais présenté, je vais vous dévoiler ce que j’ai vu de plus sombre. Je ne suis qu’un habitant et non pas un expert de la vie Mexicaine, mais quelques situations vécues peuvent déjà construire pour vous un aperçu de ce qui ne me surprend plus ici, mais me déçois à chaque fois...

Je croise chaque semaine des personnes qui n’ont qu’une jambe ou déjà aucune, et qui tendent à bout de bras un gobelet pour troquer la vision de leur moignon contre quelques pièces.

J’ai entendu il y a seulement deux semaines que 13 personnes avaient été tuées par les narco-trafiquants dans différents coins de la ville, en représailles à la mort de l’un des leurs.

J’ai entendu une connaissance raconter qu’elle s’est déjà retrouvé deux fois dans la ligne de visée d’un pistolet pour les quelques sous qu’elle pouvait avoir sur elle.

Une de mes colocataires s’est faite détroussée dans ma rue par 4 garçons d’une quinzaine d’années à seulement 20h30. Au final, plus de peur que de mal... c’est à dire beaucoup de peur. L’ami qui était avec elle a été frappé.

J’ai vu un homme voler une voiture devant ma maison. On m’a fait comprendre qu’appeler la police n’était pas la meilleure solution, car la police n’est pas forcément plus digne de confiance que cet homme.

J’ai vu un film d’horreur à la télé pendant un repas de famille. Le garçon de 3 ans était caché derrière le canapé à dire “ça me fait peur”, et voilà ce que les adultes trouvaient à lui répondre: “bah ne regarde pas!”. Cet exemple n’est pas des plus violents, mais il est assez révoltant pour moi, l’éducation étant un des sujets qui me touche le plus.
Allez, avouons qu’en France on en a aussi des familles éduquées par la télé du matin au soir. Et on sait que ça ne donne rien de bon.

Pour finir, j’ai beaucoup de mal avec ce que j’appellerais... une mentalité arriérée. (Veuillez notez la présence des gros guillemets je vous prie.) Cela passe par exemple par l’interdiction de l’avortement, ou par une extrême intolérance envers les homosexuels. D’une manière plus générale, la notion de “Norme” est encore plus présente qu’en Europe. Je parle là de l’idée qu’une personne mariée avec de enfants et un travail régulier est quelqu’un de “normal”, et que pour les autres il y a quelque chose qui ne va pas, qui n’est pas bien.
Ce qui me gêne le plus c'est l’omniprésence des choses religieuses. Le chapelet dans chaque voiture, le gros jésus sur un croix dans chaque camion, ou le gars qui, il y a quelques jours, a frappé à ma porte pour me ventre des petites vierges. Dans le panier se trouvent aussi tous les gens qui font des signes de croix devant chaque églises, où même quand ils conduisent et qu'ils passent au feu orange! Je veux dire “pensez-vous que ça remplacera la prudence que vous n’avez pas au volant?”.
Je ne suis déjà pas quelqu’un de très à l'aise face à la religion avec mon esprit très logique, mais ici on est complètement à l’opposé de la pratique ouverte, politisée et solidaire de la religion que j’ai découvert au MRJC, où j’ai toujours mieux pu la comprendre et l’accepter.

On sait qu’une grande part de la violence dans le pays est dû au trafic de drogue. Mais au delà de ça, l’insécurité est-elle directement la conséquence d’une éducation telle que j’en ai parlé, avec le rejet de ceux qui ne sont pas dans “la norme”, ou est-elle plutôt liée à la pauvreté? Il me semble que les plus pauvres et démunis ne sont pas violents. J’ai l’impression en revanche que le fond du problème d’insécurité sort de cet immense écart entre riches et pauvre; les riches propageant la culture de possession de leurs voisins Etats-Uniens, et les “non riches” voyant sans cesse sous leur nez la vie qu’ils ne peuvent pas avoir. Saviez-vous que le Mexique est le pays où se vendent le plus de voitures de luxe par habitant? Un paquet de gros 4x4 neufs tout équipés, et aussi un paquet d’alarmes de voitures qui sonnent dans les rues tous les soirs.

Là dessus s’arrête cette triste description. Allez, ne vous faites pas de bile. Le prochain article est déjà en partie écrit et il sera rempli d’anecdotes joyeuses, notamment sur la manipulation des jours fériés par ces fainéants de Mexicains, ou encore sur toutes les choses qu’on peut faire avec une banque. :) Je vous rappelle aussi que presque toutes les rencontres que je fais sont aussi agréables qu’intéressantes.

II - Ma vie : Le rose.
Ne croyez surtout pas que la première partie de cet article reflète mon humeur. Je reste un bonhomme heureux. Je pense simplement qu’il était tant d’écrire sur ces aspects de la culture mexicaine.

Plus personnellement, comme je le disais, c’est le dernier mois de cours, alors ça chaume pas. Je n’ai presque pas voyagé depuis le dernier article. Il y a quand même toujours une fête incontournable qui traîne à la fin de chaque semaine ;)
Côté langue, je me sens enfin vraiment à l’aise avec l’espagnol.

Je vois venir avec impatience mes vacances, de très grandes vacances. Mes projets sont, premièrement, de trouver un job (j’ai de pistes pour pour faire faire des activités ludiques à des petits mexicains), et en second de voyager dans le pays (et peut-être pousser jusqu’au Guatemala).
Par ailleurs j’ai prévu de donner quelques cours de Français. J’ai déjà de nombreux élèves potentiels parmis mes amis. Ils savent que c’est une langue compliquée, mais avant tout elle apparait au yeux de tous (ou plutôt à leurs oreilles) comme une langue particulièrement belle et sensuelle à écouter.

Et voilou pour aujourd'hui. En attendant le prochain article, j'espère vous retrouver pour échanger via les commentaires sur l'article!