1,2,1,2, test, ca marche. Bonjour à tous. Vous excuserez l’absence de cédille dans cet article, je vous écris depuis un ordinateur purement mexicain dans le centre de Mexico city! Mais avant de parler de voyage, revenons sur les récentes découvertes à Guadalajara...

I - Le Mexique - Son lot d’anecdotes et décalages culturels.
C’est loin le Mexique, c’est différent... mais il y a aussi un paquet de similitudes. Saviez vous que j’ai fait le changement d’heure en même temps que vous en France ? Ce jour j'étais tout autant surpris de le voir que le changement se fait au Mexique, que les Mexicains l’étaient d'apprendre que ça se fait en Europe. Saviez-vous aussi que le téléthon se fait au Mexique tous les ans? Pour finir, ils étaient tout autant surpris que la Toussaint soit également en Europe un jour férié pour célébrer les morts. Ca en fait des points communs!
Cependant, les jours fériés ont une toute autre souplesse ici... Le mois dernier a eu lieu la fête du centenaire de la révolution Mexicaine. Pas de bol, la fête est tombé un samedi. Qu’à cela ne tienne, le jour ferié a été déplacé le lundi. “C’est que le gouvernement sait se faire apprécier des Mexicains!” m’expliquent-ils. Et hop, un week-end de trois jour.

En passant je dois vous parler des fêtes. J’ai passé noël avec la famille de Linda. À part la télé allumée casi en permanence, c’est encore ici une fête très similaire à comme on la fait chez nous: le sapin, le grand repas, un baiser à chaque personne à minuit, toute la famille qui défile dans la maison le 25 décembre, et les enfants gâtés qui ouvrent leurs cadeaux en premier. Et dans la rue est-ce différent? Les lumières et les sapins sont là aussi, mais tout cela cache un piège... trois pères-noël dans la même rue sur 100 mètres de distance!! C'est révélateur du fait que tout petit boulot est bon à prendre pour beaucoup de Mexicains. Enfin bon, je sais que les enfants n’ont pas tous notre vivacité d’esprit, mais faudrait voire à pas toujours les prendre pour des ...! Et la meilleure, c’est que le dernier père Noël était encore plus bronzé qu’Obama sous sa barbe blanche.

Vous m’excuserez j’ai un bus à prendre dans quelques heures, alors cette partie se termine ici.

II - Ma vie: Guatemala me voilà!
J’ai reçu mes notes de semestre. Ici elles sont sur 100 points, et il en faut 60 pour passer (contrairement à nos 10/20 en France). Les miennes sont toutes entre 90/100 et 100/100. Pour autant ne vous confondez pas en félicitations. Très peu de ces notes reflètent le travail que j'ai fait, et encore moins la qualité d'enseignement des profs. Mais bon, ça n'en fait pas moins un semestre très enrichissant.

Finit de parler des cours, j’ai un mois de vacances devant moi.. mais j’ai besoin d’être utile! Certes je pourrais voyager dans tout le pays, gravir une dizaine de montagnes et visiter toutes les cathédrales, mais j’ai besoin de faire quelque chose de mes mains et d’en retirer une expérience. C’est écrit dans mes gênes que je dois servir à quelque-chose pour au final voir dans les yeux des gens qu’ils ont apprécié mon passage dans leur vie. Tous ça pour dire que je part faire un volontariat au Guatemala. Je travaillerais dans des écoles et dans un orphelinat pendant trois semaines, et j’aurais aussi tu temps libre pour jeter un oeil aux alentours. Le problème est que la participation au programme est assez chère parce que les frais des bénévoles financent aussi le fonctionnement du projet. L’avantage en revanche est d’avoir déjà une structure organisée et sûre pour encadrer le projet, alors que me joindre à un projet plus “folklorique” aurait pu prendre des semaines d’organisation.
Bon, je dois vous avouer que le Guatemala n’est pas réputé pour la sécurité qui y règne.. mais zut, c’est beau là bas! Je serais basé dans la ville nommée “La Antigua Guatemala” parce qu’elle était la capitale du pays il y a trois siècles. L’administration du pays a été déplacée dans la nouvelle capitale en 1773 parce que le ville était trop sujette à des tremblements de terre.
La Antigua se trouve à 1500 mètres d’altitude (comme Guadalajara), entourée par trois volcans qui nous mènent jusqu’à 3500! Je serais également à 30 kilomètres de la capitale, ainsi qu’environ 30 autres du Lac Atitlan, considéré comme l’un des plus beaux du monde.

Dans tous le pays les gens du monde me prenne pour un pur touriste gringo, mais a l’heure où j’écris ces lignes, les clients qui passent derrière moi me prennent pour celui qui travaille dans le cyber café! C’est agréable, ca me change beaucoup.
D’ailleurs, je prendrais très peu de photos dans la ville. J’ai déjà assez  une tronche de touriste pour ne pas en rajouter.

Reprenons donc... l’option numéro 1 pour descendre au Guatemala était l’avion, mais je choisis l’option numéro 2: le bus. Je passe donc aujourd’hui par ce que les Mexicais appellent Mexico DF parce que l'état où se trouve la ville est appelé le Districto Federal. C’est un peu comme aller de la Gare de Lyon jusqu’à la Gare du Nord dans Paris, sauf que
-Il y a des centaines de bus à la place des trains,
-C’est beaucoup mois cher d’acheter à manger dans la ville,
-Les chauffeurs de taxis parlent toujours des gros mots mexicains et des filles étrangères dans les 10 premières minutes de conversation (sans exception!),
-Le ticket de métro coute 3 pesos ( = 0,15 euro)
-Et mis à part le centre historique de Mexico, c’est beaucoup, beaucoup moins beau.
Prochaine étape: Oaxaca (dans le Sud du Mexique). Je devrais finalement arriver à la Antigua dimanche et commencer le volontariat lundi.

Pendant ce mois de voyage, j’essayerais de vous tenir au courant de ce que je découvre plus régulièrement. Je conclus maintenant cet article sur une information brève dans une phrase nominale: Un cycliste sur l'autoroute.

Voila qui est dit. Passez tous une pure bonne fête pour le nouvel an et à l'année prochaine!