Après le premier semestre nommé "La découverte du taco", puis le voyage en Amérique Centrale, mon deuxième semestre et ainsi troisième épisode de la trilogie s'appellera "Le retour du Moi".
J'aurais certes moins de découvertes exotiques à vous décrire, mais je pourrais vous parler plus réellement de la vie des gens, car j'ai maintenant complètement quitté ma peau de touriste.

Je me retrouve avec les connaissances et les moyens d'être de nouveau moi, avec des activités similaires à celles que j'avais en France. Je ne suis pas un aventurier qui explore la jungle équatoriale, je ne suis plus celui qui traverse la jungle urbaine. En réalité je viens de mettre le deuxième pied dans la Jungle Sociale.

En théorie, les goûts, les affinités et la façon d'être d'un voyageur de 23 ans ne peuvent pas changer du tout au tout en moins de 6 mois. En conséquence, la vie de cette personne doit peu à peu se reconstruire, même dans un nouvel environnement. En en pratique alors? Eh bien c'est pareil. Au début mes amis n'étaient autres que les personnes que j'ai été amené à rencontrer, presque sans choix de ma part. De même, mes activités et escapades n'étaient autres que celles qu'on me proposait. Bien-sûr que j'avais le choix! mais au début tout est nouveau, et rien que ce détail fait que chaque personne est intéressante et que chaque idée est excitante. C'était NOUVEAU. Ça ne l'est plus.

Le temps permet ensuite d'élargir les relations. Les rencontres s'accumulent, et le réseau d'amis grandissant permet peu à peu de trouver des personnes qui nous ressemblent plus. Connaissant mieux les modes de vie et coutumes du Mexique, j'ai également une meilleure vision des choix que je peux faire pour mes activités hors université.

Après une longue période, les voyageurs passent par une sorte de palier comme celui-ci. Si vous demandez à un étudiant parti six mois Erasmus de vous raconter voyage, il vous racontera une aventure extraordinaire. Mais si vous demandez à un autre étudiant parti un an de vous raconter son voyage, il vous racontera ce qui est simplement une partie de sa vie.

Tout ça pour dire quoi?
Pour dire que -côté relations- je suis dans une nouvelle maison avec 4 mexicains et une ambiance qui pète le feu. Les personnes avec qui je vis sont sensibles à l'alter-mondialisme (ce qui pour des Mexicains mérite d'être salué), mais ce sont aussi des gens "assez matures pour faire des jeux de gamins"! Je viens de décrire deux idées simples dans lesquelles pourront certainement se retrouver mes compagnons du MRJC. Héhé, quand je vous disais que le "moi" est revenu!

Et qu'est ce qu'il aime faire le "moi"? Se joindre aux associations et actions d'éducation populaire. Voici les nouvelles activités régulières dans lesquelles je me suis lancé pendant le mois de février:
-Donner des cours de Français,
-Prendre des cours d'Espéranto,
-Être membre actif d'un SEL,
-Un travail bénévole dans un centre éducatif.
J'ai placé des liens sur les mots pour les curieux et impatients, mais chacune de ces activités fera l'objet d'un petit article dans lequel je vous expliquerai tout.

Voilà. En aparté de cet article un peu plus égo-centré, je continue à raconter les anecdotes et bizarreries sur la le Mexique dans l'album Guadalajara, avec en ce moment une édition spéciale Publicités Géantes.
Si vous n'avez pas encore vu la fin du voyage en Amérique centrale, je vous conseille le mode diaporama pour une meilleure résolution.

Malgré la disparition brutale de "L'affaire Cassez" dans les journaux (comme chaque sujet d'actualité), certains se demandent peut-être ce qui se raconte depuis le Mexique a propos de cette Française enfermée, alors qu'elle se dit innocente. Eh bien c'est franchement vexant pour les Mexicains de voir que les Français ne font pas confiance à leur justice. Cependant, les ils sont assez intelligents pour le pas faire l'amalgame. Je ne suis absolument pas "mal vu" à cause de ça, et les restaurants français ne désemplissent pas.

Je finis cet article par quelques annonces personnelles:
-Merci à tante Maryse, qui m'a signalé que "une fois" s'écrit avec un 's', et a ainsi permit que la faute soit corrigée les quinze fois où elle apparaissait dans mes récents articles.
-Merci à la famille Ratton pour votre carte de bonne année! Je l'ai reçu il y a une semaine, en même temps que la lettre de Paul et Maryse envoyée en Septembre.
-Et merci à tous ceux qui m'ont fait un signe pour mon anniversaire.

Hasta bientôt compatriotes.