Peu à peu, mon blog n'est plus un récit de voyage. Il devient véhiculeur d'utopies. C'est un peu une réplique de l'émission "Carnets de campagne" de France Inter, à la différence prêt que la campagne par laquelle nous passons en ce moment est le Mexique.
Voici donc l'utopie de la semaine: le Banco de Tiempo (soit Banque de temps en traduction littérale). Le Banco de Tiempo est un système d'échange de services connu en France sous le nom de SEL (Système d'Échange Local).

C'est une banque où on se prête du savoir et des coups de main. Vous pouvez par exemple l'utiliser pour qu'une personne vous tonde la pelouse, ou vous aide à travailler votre anglais. Chacun arrive avec ses idées, ses compétences, ses besoins, et espère trouver une personne qui a des compétences ou besoins qui correspondent. Et en même temps c'est un moyen de mettre à profit ses savoirs-faire et diffuser ses connaissances. Au delà des services, les SELs sont également des grands réseaux d'amis, car chaque échange de service est une rencontre.

Pourquoi "de tiempo" ? Parce que ici, la monaie d'échange est le temps, indépendamment du service offert. Si quelqu'un fait par exemple ma comptabilité pendant une heure, je vais le payer virtuellement avec une heure de temps. Si je passe ensuite une heure pour enseigner à quelqu'un à patiner, il me payera lui aussi avec une heure.

Les échanges de services existent depuis la nuit des temps de manière informelle, au sein des familles et des villages. Cependant, la première structure similaire à ce que sont aujourd'hui les SELs semble avoir pris forme en Italie dans les années 40, créé par des groupes de femmes. Dans certaines régions d'Espagne, chaque quartier a son SEL, es ils sont soutenus par les collectivités locales. Ces systèmes sont également très présents au Chili, en Argentine et au Brésil.

Il est beaucoup plus difficile de trouver des informations sur le Mexique. Les Bancos de Tiempo ne sont peut-être que deux ou trois dans tout le pays. Ici, un jeune a eu vent de l'idée et a simplement décidé de la reproduire dans la ville.
Le 13 février 2011 j'ai donc assisté à la première réunion de lancement du premier Banco de Tiempo dans la ville de Guadalajara. Nous étions une dixaine. J'avais le sentiment d'un moment historique.

Nous sommes aujourd'hui 40 dans inscrits. J'ai déjà pris une leçon de guitare, j'aide des membres de la BdT à pratiquer leur Français, je commence aussi à prendre des cours de dessin, et je suis assez fier de mes débuts^^.
Mon colocataire va enseigner à une fille à conduire. (Ici il n'est pas obligatoire de payer des heures de conduite avec un professionnel pour passer le permit).
Linda aide un collégien avec ses devoirs de maths, et elle a pu faire réparer son ordinateur,
...et tout ça sans dépenser un seul peso !

Si en Europe les SELs constituent une sorte de "bonus" social et culturel, au Mexique ils sont susceptibles d'être beaucoup plus. Ils peuvent être un moyen pour les plus démunis d'accéder à la culture ou même à des services plus basiques.
En fin de compte, on découvre un système alternatif qui développe la culture, les amitiés, les liens sociaux et la solidarité, le tout dans l'égalité, fonctionnant indépendamment de la richesse de chacun. Alors le mot de la fin peut être... "pourquoi pas".

Sur ce, je vous laisse. Mes heures sont maintenant... comptées!