Je suis en France depuis presque 4 semaines. J'ai mi un peu de temps avant de me lancer dans la rédaction de ce dernier article. La raison: je travaille en centre de loisirs en ce moment. Quel rapport? Écrire c'est transmettre sa bonne humeur ou son ennui, ses joies ou ses colères, et elles sont d'autant plus vives si on écrit au moment où on les ressent. Ainsi lorsque je rentre du travail fatigué et de mauvaise humeur, la tournure de mes phrases en est affectée. Me voilà donc bien reposé à la fin de mon week-end, et prêt à donner à cet article de conclusion le ton et la note positive qu'il mérite!

Arrivée:
Ce qui m'a le plus choqué à l'atterissage, c'est que tout m'a semblé exactement pareil. En un an, la France est simplement restée la France, même si je ne l'ai pas observée. Un pays c'est surtout des habitants. Vous avez vous aussi fait plein de choses pendant un an, mais je vous vois comme avant. Les routes sont refaites, certains ont un nouveau vélo ou un nouvel ordinateur, mais les valeurs qui vous caractèrisent sont toujours aussi présentes.

Un mieux?:
"Alors le Mexique c'était mieux? Tu aurais voulu rester?". Il n'y a pas de "mieux". Impossible de choisir. Chaque culture a ses avantages et défauts, comme une personne, et je crois que ça doit rester comme ça.
Si on rendait les Français toujours souriants et jamais pressés, les pannes internet auraient besoin de 3 semaines pour être réparées et la construction d'une nouvelle ligne de métro prendrait tourjours un an de retard de plus chaque année.
Si on donnait à tous les Mexicains de hauts salaires, il n'y aurait plus tous ces vendeurs de tacos à chaque coin de rue, ni ces routes abimées pour nous faire peur quand on prend un vieux bus qui roule vite.

Une vision unique?:
Parfois en lisant une citation on se dit, "Tiens, ça sonne juste", puis on pense "Tiens, cette phrase s'applique dans plusieurs contextes... et si elle expliquait tout..." ça vous est déjà arrivé? J'ai donc commencé à croire qu'il y avait peut-être un modèle simple qui donnerait une réponse à tout. En partant au Mexique, je partais donc à la recherche de cette "grande réponse", en me disant que si je connaissais deux cultures, j'aurais peut être un déclic qui éclaircirait ma vision du monde. Maintenant je sais:
                                            Il n'y a aucune réponse simple.
Les réponses se trouvent dans la diversité, et seront toujours compliquées par des milliers de détails. Chaque point de vue simple rencontra un contre-exemple, chaque vérité sur une culture et une manière de vivre sera fausse dans certains cas. Savoir plus ne sera jamais inutile.

D'ailleurs, quand les gens veulent que je leur parle de mon voyage, parfois ils me demandent "Alors? Comment c'était?". Je ne sais jamais quoi répondre. Aucune phrase ne peut résumer les sentiments éprouvés et les expériences vécues durant cette année. Ce voyage n'est pas un tout, c'est des milliers de petites expériences et de détails qu'on ne peut pas tous relier. (Cf les 30 articles précédents)

J'espère ne pas vous avoir perdu avec mes réflexions philosophiques. Mais alors qu'est-ce que cela implique concrètement? Ça veut dire qu'il me reste à découvrir d'autres façons de vivre et de voir le monde, encore et encore. Mes prochains objectifs: la Chine et le moyen Orient. Je pense y trouver les façons de vivre et de penser très différentes de celles que je connais, mais aussi des cultures influentes et fortement connectées aux autres.

Saludos:
Merci à tous pour m'avoir accompagné pendant ce voyage à travers de vos messages et vos commentaires.
Encore un "saludos" à tous les Mexicains pour leur accueil extrêmement chaleureux.
Les dernières photos ajoutées à ce blog auront finalement étés celles du magnifique pic d'Orizaba (à voir en mode diaporama).

Hasta pronto para el proximo!
Baptiste.